Pure player pour vous faire vivre Orléans autrement

Interview des Nouvelles Panthères, gros plan sur Elsa Deville !

dans les articles

[g1_row type= »default » color= »none » background_repeat= »repeat » background_position= »center center » background_attachment= »static »]

[g1_1of1]

[g1_space value= »10″ mobile_value= »10″]

[/g1_space]

Son arrivée au Fleury Loiret Handball fin Novembre n’a pas fait l’effet d’une bombe mais cette jeune Ailière Droite (Internationale Française) de 19 ans pourrait bien faire parler d’elle dans un avenir proche !

Arrivée sur la pointe des pieds suite au dépôt de bilan de son club l’Union Bègles Bordeaux Mios Biganos, elle dispose tout de même d’une belle expérience du haut niveau malgré son jeune âge avec 29 matchs de LFH pour 35 buts et 14 matchs de Coupe d’Europe pour 21 buts. Elle peut également se permettre le luxe d’avoir déjà soulever une Coupe d’Europe avec son ancien club la saison dernière (EHF Challenge Cup).

Alors qu’elle vient de prendre part à ses premiers matchs avec l’effectif professionnel du Fleury Loiret Handball, elle nous accorde une interview pleine de fraîcheur !

8f7ce3b3-4bf0-4619-9b60-ed43a9cffad8

[/g1_1of1]

[/g1_row]

[g1_row type= »narrow » color= »none » background_color= »#000000″ background_repeat= »repeat » background_position= »center center » background_attachment= »static »]

[g1_1of1]

L’Interview

IMG_2314

[/g1_1of1]

[/g1_row]

[g1_row type= »narrow » color= »light » background_color= »#e6418d » background_repeat= »repeat » background_position= »center center » background_attachment= »static »]

[g1_1of1]

Bonjour Elsa, Tout d’abord première question, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi : tes débuts au handball, ton parcours avant d’atterrir au Fleury Loiret Handball ?

          J’ai commencé le hand au club d’Arcachon-la teste à l’âge de 8 ans. J’ai fait 1 année en mini hand et après je suis montée en -11, j’ai fait toutes les catégories jusqu’en -15 première année où j’évoluais au poste de demi-centre. Durant cette année, là j’ai participé aux inter-comités ou nous avons échoué au 3ème tour.

Après ça, je suis rentrée au pôle au poste d’ailière droite. En même temps de rentrer au pôle, j’ai  changé de club, et j’ai été au club de Bègles. J’ai jouée 1 an en -18, puis je suis passé en N3 avec Lucille Bruxelles comme entraineur (où nous avons fini première).

Ensuite, j’ai fait une année en D2 avec Jean-sébastien Lopez puis après cette année-là, l’Union s’est faite. J’ai fait 7 mois en D1 puis je me suis blessée au genou droit (Rupture du LCA). J’ai fait ma rééducation à fond puis je suis revenu en Janvier dernier avec mon premier match de reprise contre Fleury en N1 (hasard du destin, rire).
Voilà après j’ai repris avec la D1 jusqu’en Novembre dernier, à la mort de mon club… 

Après 4 saisons à l’Union Mios Biganos Bègles, tu arrives au Fleury Loiret Handball. Tu arrives dans un contexte assez particulier (dépôt de bilan) comment et quand se sont faits les contacts avec le club ? Quelles sont tes motivations dans cette décision ? 

          Fred m’a appelé 1 semaine après l’annonce « officielle » comme quoi l’UBB-MB allait couler. Il m’a d’abord laissé un message sur mon répondeur car j’étais en partiels et je ne pouvais pas répondre. Je l’ai directement appelé dès que je suis sortie, dans un premier temps surprise. Il m’a proposé de venir rejoindre le club de Fleury avec un contrat de CF (Centre de Formation) d’1 an et demi et une possibilité d’intégrer l’effectif professionnel l’année prochaine (si évidemment je suis performante).

Je lui ai répondu que cela m’intéresser beaucoup mais que je devais en parler avec mes parents. Bien évidemment je savais déjà que j’allais dire oui ! (rire). J’ai appelé mes parents, puis je l’ai rappelé 2 jours après pour lui dire que j’acceptais sa proposition. Je suis super motivée à travailler avec des joueuses du contexte internationale, j’ai hâte de bosser avec elles, et avec lui. Je viens vraiment ici avec des objectifs individuels, et je compte bosser à fond pour y arriver.

Justement parlons de ce contexte particulier, une situation complexe cet été pour finalement un dépôt de bilan de l’UBBMB en milieu de saison. Comment as-tu vécu cet épisode ? 

         J’ai vraiment vécu très mal cet épisode, et je le vis encore mal aujourd’hui. Je suis passé à autre chose mais je n’oublie rien, je n’oublie pas d’où je viens et les valeurs qui m’ont été transmises. J’ai été très triste, dès le début, nous ne pensions pas que ça allait arriver, c’était quasiment impossible. Ma famille et mes amis sont tous à Bordeaux, ma vie était la bas, j’avais mon appartement à moi avec mon petit chat. Même si bordeaux n’est pas loin de Fleury, je ne pourrais plus trop voir les personnes qui me sont chères.

La saison dernière le Fleury Loiret Handball s’est offert le titre de Champion de France, la Coupe de la Ligue et un titre de Vice-Champion d’Europe. Tu intègres le centre de formation avec sans doute l’envie d’aller chercher du temps de jeu en équipe première ? Disputer la Ligue des Champions est-ce également dans un coin de ta tête ?

         Alors d’abord la Coupe de la Ligue (victoire 31-32 de Fleury face à son club), non elle nous l’a été volé dans les dernières minutes (éclat de rire) non je rigole ! J’intègre le Centre de Formation avec en tête d’abord de progresser, retrouver la tonicité de mes jambes que j’avais avant de me faire les croisés. Je vais jouer en N1 le week-end alors la semaine je vais pouvoir me faire de grosse séance de muscu pour retrouver la musculature que j’avais avant.

Après oui, une joueuse a toujours en tête de retrouver le championnat dans lequel elle a joué mais Fred a été très clair avec moi, Maakan et Marta sont les joueuses au poste et tant qu’il n’y a pas une blessure, se seront-elles, et je ne souhaite en aucun cas qu’elles se fassent mal ! Mon temps de jeu en équipe première, ça sera pour l’année prochaine, et je vais bosser pour essayer de montrer à Fred qu’il peut me faire confiance. La Ligue des Champions est dans un coin de ma tête aussi mais tout comme la LFH, c’est la même chose et je dois avant tout faire mes preuves pour mériter ma place. 

Enfin d’un point de vue personnel, quels sont tes objectifs sur les prochains mois ?

         Mes objectifs, je les ai déjà un peu évoqués. Je veux vraiment prendre musculairement au niveau du bas, pour que mes jambes soient plus toniques. Au niveau aérobie pareil, je vais retrouver du temps de jeu en N1, ce qui va me permettre de progresser au niveau cardiaque, et vraiment progresser sur ma gamme de tirs.

[/g1_1of1]

[/g1_row]

[g1_row type= »narrow » color= »none » background_color= »#000000″ background_repeat= »repeat » background_position= »center center » background_attachment= »static »]

[g1_1of1]

L’interview décalée

10317709_10201487037812494_2639314758049350510_o

[/g1_1of1]

[/g1_row]

[g1_row type= »narrow » color= »light » background_color= »#e6418d » background_repeat= »repeat » background_position= »center center » background_attachment= »static »]

[g1_1of1]

Quelle est la première chose que tu fais le matin en te levant ?
     Je regarde mon téléphone.

 La dernière chose avant de te coucher ?

     Je regarde mon téléphone.

Quelle était ta matière préférée à l’école ?
      Au lycée, c’était les maths.

Mis à part le handball, qu’aimes-tu le plus dans la vie ?
     J’aime regarder des séries, écouter de la musique, sortir avec mes amis.

Si tu n’avais pas été handballeuse ?
     Je pense footballeuse !

Que détestes-tu le plus dans la vie ?
     Les Légumes  !

Quel est ton dernier gros achat ?
     Un matelas car le mien n’était pas super ! (rire)

Qu’écoutes-tu le plus musicalement ?
     J’écoute de tout enfaite. Ma pote de chambre en équipe de France junior est une black donc je me suis mise un peu à la musique de renoi (rire).

Quand as-tu pleuré pour la dernière fois ?
     Euh sûrement avant hier … (rire)

A quand remonte ta dernière fête ?
    Environ 3 mois.

Ta plus grosse honte ?
     Euh je ne vais pas en parler car justement j’en ai honte ! 

Ton petit plaisir inavouable ?

     Euh, jadoooore faire des pâtisseries ! 

Comment te vois-tu dans 20 ans ?
     Je sais pas du tout (rire).

Une superstition avant le début d’un match ?
     Un petit sprint aller/retour avec Nelly Carla Alberto (ancienne panthère) mais bon toute seule maintenant. Et m’échauffer au bout à droite de la cage.

Pourquoi le numéro 88 et le numéro 33 ?
     Alors le 88 c’est assez drôle, mon coach de l’époque Jean-Sébastien Lopez s’était trompé, je lui avais dit 8 ou 33 et il m’avait mis le 88. Pour le 33 c’est une référence à mon département.

Enfin, si vous aviez un super pouvoir lequel ce serait ?
     Je pense que ce serait de pouvoir me téléporter ! 

Alexandre Debray
@BeInAlex

[/g1_1of1]

[/g1_row]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from les articles

retour en haut